Bienvenue chez Eminence Grise, l’Association pour la création et le développement d’entreprises. Nos adhérents , vous proposent leur aide. Cliquez sur l’icône de votre besoin et recevez gratuitement jusqu’à trois propositions par métier.

Si vous le souhaitez nos experts peuvent étudier votre projet afin d’envisager les forces et les autres points à étudier.

Cliquez sur l’icône puis
remplir le formulaire > >

Création et développement d’entreprise à Sainte-Aulde


AVOCAT A SAINTE-AULDE :
Recherche AVOCAT pour les affaires ? Trouver un cabinet d’AVOCATS pour créer les statuts de société ? En droit, l'AVOCAT est un juriste dont les fonctions traditionnelles sont de conseiller, représenter, d'assister et de défendre ses clients, personnes physiques ou morales, en justice, en plaidant pour faire valoir leurs droits et, plus généralement, pour les représenter. L'AVOCAT s'acquitte d'une fonction de conseil et de rédacteur d'actes. Dans l'Antiquité, en Grèce et à Rome officiaient déjà des défenseurs, mais le plus souvent, l'accusé devait se défendre lui-même. Selon le code de Solon, l'accusé devait plaider sa cause devant le tribunal, recourant aux services du logographe s'il se sentait incapable de produire un discours convenable. À Rome, l'intervention d'AVOCATS devient courante dans les derniers siècles de la République mais, légalement, ne peut donner lieu à rémunération. N'importe quel orateur brillant ou juriste compétent peut se constituer AVOCAT. Au vie siècle, l'empereur Justinien crée la corporation des AVOCATS pour la première fois, l’« Ordre des AVOCATS ». En France, la première mention relative à des AVOCATS figure dans un capitulaire de Charlemagne de 802. Dans le royaume de France, Philippe III le Hardi rédige l'ordonnance du 23 octobre 1274 reconnaissant aux AVOCATS membres du Parlement la qualité de corps constitué (droit au titre de « Maître »), soumis au secret professionnel et organisant le métier d'AVOCAT : parmi les règles se trouve l'obligation de prêter serment, de défendre une cause juste et de recevoir un salaire modéré. Une partie des AVOCATS du Moyen Âge étaient des clercs, portant une robe noire qui reste le costume de cette profession en France. La pratique du barreau (appelé ordo) ne débute qu’avec la fixation du Parlement de Paris en 1302 et la création du tableau des AVOCATS (liste des individus ayant le pouvoir de défendre à la Cour) en 1327 par Philippe de Valois. Apparaissent alors les premières règles de déontologie. En 1344, un arrêt de règlement du parlement de Paris officialise le statut d'AVOCAT dont la profession compte 51 membres en 1340. L'Ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 limite le rôle de l'AVOCAT en matière criminelle, l'accusé étant privé de défenseur lors de l'instruction et à l'audience. La Révolution française réaffirme son rôle, autorisant sa présence pendant l’instruction (sans droit d’intervention) et la plaidoirie. Le bâtonnier est le président du conseil de l'Ordre des AVOCATS ; il portait un bâton dans les processions religieuses médiévales. Son rôle consiste notamment à régler les litiges entre confrères. Un barreau séparait l'AVOCAT du public. En France, l'AVOCAT est un auxiliaire de justice. À la suite de la fusion avec d'autres professions connexes, en 1971 et en 1990, la profession d'AVOCAT regroupe aujourd'hui les précédentes professions d'avoué de première instance, et de conseil juridique. Il exerce sa profession de manière indépendante et n'est donc soumis à aucune autorité hiérarchique, sauf, en ce qui concerne les AVOCATS salariés, à celle qui porte sur l'organisation du travail. Ce métier fait partie de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles plus précisément dans la catégorie 3, celle des cadres plus précisément dans les professions libérales, enfin plus précisément en 312 AVOCATS. Depuis la loi no 70-9 du 2 janvier 1970, dite Loi Hoguet, les AVOCATS ont la possibilité d'intervenir comme mandataire en transactions immobilières pour recueillir un mandat de vente, d'achat, de location ou de recherche de location d'un bien immobilier. Le rôle de professionnel du droit, les principes déontologiques, et les règles de représentation des fonds qui s'imposent à l'AVOCAT mandataire en transactions immobilières sont autant de garanties pour le mandant, désireux de sécuriser sa transaction tant sur le plan juridique (rôle de conseil de l'AVOCAT) que financier (dépôt des fonds à la CARPA, la Caisse des règlements pécuniaires des AVOCATS). Pour devenir AVOCAT, il faut au préalable effectuer quatre années de droit (niveau Master 1, anciennement Maîtrise), puis réussir l'examen d'entrée d'un cursus conduisant à un diplôme terminal, le CAPA ou certificat d'aptitude à la profession d'AVOCAT. Après ce parcours de dix-huit mois de formation dans une École d'AVOCATS autrefois, Centre régional de formation professionnelle des AVOCATS (ou CRFPA), sanctionnés par la réussite à l'examen de sortie, le futur AVOCAT prête serment devant la première chambre de la Cour d'appel dont dépend le tribunal de grande instance auprès du barreau auquel il souhaite être rattaché, et être inscrit audit barreau après présentation au conseil de l'ordre pour être habilité à exercer la profession d'AVOCAT.

COMPTABLE A SAINTE-AULDE :
Recherche COMPTABLE pour gérer sa compta et produire son bilan de fin d’année ? Trouver un cabinet COMPTABLE vous assister dans la gestion de votre société ? C'est la comptabilité des petites unités économiques. Son objectif est de fournir des informations qui seront utilisées dans la prise de décision. Dans le microcontabilidad distingue une comptabilité publique, exécutée par les différentes administrations publiques et une comptabilité privée, orientée à l'entreprise. Au sein de la comptabilité d'entreprise, les utilisateurs de l'information COMPTABLE peuvent être divisés en deux utilisateurs, internes et externes. Le groupe d'utilisateurs internes comprend toutes les personnes ou organismes qui utilisent les informations provenant de l'entreprise pour prendre les décisions appropriées dans le sens de la même chose. D'autre part, les utilisateurs externes utilisent la comptabilité pour la gestion de l'objet de l'information de la société, et incluent toutes les entités qui ne participent pas à la gestion, tels que les actionnaires, créanciers, prêteurs, clients, investisseurs, employés et administration publique. , en particulier l'administration fiscale, et qui ont essentiellement besoin de l'information COMPTABLE pour prendre également des décisions et contrôler l'entreprise à partir de plusieurs points de vue. En fonction des utilisateurs de la comptabilité, une distinction est faite entre la comptabilité financière et la gestion ou la comptabilité de gestion:
Comptabilité financière (externe): fournit les informations essentielles sur le fonctionnement et la situation financière de l'entreprise à tous les agents économiques intéressés (clients, investisseurs, fournisseurs, administrations publiques, etc.). La législation de la plupart des pays réglemente les règles de la comptabilité financière pour homogénéiser les informations obtenues et lui donner une plus grande fiabilité et comparabilité. La comptabilité financière a généralement peu de détails car elle contient une information très agrégée. Comptabilité de gestion ou comptabilité de gestion (interne): qui inclut la comptabilité analytique. La comptabilité est-elle développée à des fins internes ou d'autoconsommation dans l'entreprise elle-même et sert à calculer les coûts, économiques et productifs au sein de l'entreprise qui serviront à prendre des décisions concernant la production, l'organisation, le marketing, etc. . Elle se caractérise par une plus grande flexibilité, puisqu'elle repose sur l'autorégulation, elle est soumise uniquement aux règles que l'entreprise impose elle-même et non aux normes légales, elle est généralement plus détaillée que la comptabilité financière et plus immédiate, car Cela doit servir à des décisions très proches. Pour sa part, la comptabilité analytique est un outil très utile pour l'utilisation interne des chefs d'entreprise pour le développement des fonctions de planification, de contrôle et de décision6. En résumé, la comptabilité analytique est un outil très utile pour la gestion de l'entreprise, et peut avoir un impact très important sur le processus de prise de décision stratégique. D'autre part, la comptabilité financière est très importante car elle a pour objectif de fournir des informations à des personnes ou des entités extérieures à l'entreprise sur sa situation, l'administration publique, les investisseurs, les entités de gouvernance du marché, etc. L'actif est l'ensemble des biens (éléments matériels) et des droits (éléments intangibles) économiquement contrôlés par l'entreprise, dérivés des relations juridiques de propriété, de possession, d'utilisation, de crédit, etc. Qui est divisé en courant, fixe et différé.

Actifs courants ou courants: cet actif liquide est-il disponible à la date de clôture de l'exercice ou convertible en argent dans les douze mois suivants? De plus, les actifs à court terme sont considérés comme des actifs affectés à l'annulation d'un passif à court terme, ou évitent les déboursés au cours de l'année. Avec une plus grande précision terminologique, on pourrait dire que «l'actif à court terme» ou «actif à court terme» fait référence aux ressources de l'entité qui ont un chiffre d'affaires ou une mobilité élevés. Les composantes de base des actifs courants sont les stocks, les débiteurs, les placements financiers à court terme et la trésorerie. Actifs immobilisés ou actifs non courants: actifs qui ne changent pas au cours du cycle d'exploitation de la société (ou de l'exercice). Par exemple, le bâtiment où une usine fabrique ses produits est une immobilisation car il reste dans l'entreprise tout au long du processus de fabrication et de vente des produits. Le même bien peut avoir une nature différente selon l'entreprise en question, par exemple, un ordinateur pour une banque est un élément de ses immobilisations car il reste plusieurs années dans l'entreprise tout au long du processus de fabrication; Au contraire, un ordinateur, pour une entreprise vouée à la vente de matériel informatique, est un produit encadré à l'intérieur de la marchandise et non dans ses immobilisations. Cependant, les ordinateurs que cette entreprise utilise pour réaliser son système de comptabilité, par exemple, ont la nature d'actifs fixes. Actif différé: Le solde des comptes d'actifs différés est constitué des dépenses payées d'avance, sur lesquelles on a le droit de recevoir un service utilisable, à la fois pour la même période et pour les années subséquentes.

CREATION SITE INTERNET A SAINTE-AULDE :
Création de SITES INTERNET, développement de SITES WEB pour votre entreprise ou votre société. Pour créer un site sur mesure pour vendre en ligne ou présenter ses produits. Dans le processus de conception, les pages dynamiques sont souvent mocked-up ou wireframed en utilisant des pages statiques. La compétence nécessaire pour développer des pages Web dynamiques est beaucoup plus large que pour les pages statiques, impliquant le codage côté serveur et base de données ainsi que la conception de l'interface côté client. Même les projets dynamiques de taille moyenne sont presque toujours un travail d'équipe. Lorsque les pages Web dynamiques ont été développées, elles étaient généralement codées directement dans des langages tels que Perl, PHP ou ASP. Certains d'entre eux, notamment PHP et ASP, utilisaient une approche «modèle» dans laquelle une page côté serveur ressemblait à la structure de la page côté client complétée et les données étaient insérées dans des endroits définis par des «balises». C'était un moyen de développement plus rapide que le codage dans un langage de codage purement procédural tel que Perl. Ces deux approches ont maintenant été supplantées pour de nombreux SITES WEB par des outils axés sur les applications de plus haut niveau tels que les systèmes de gestion de contenu. Ceux-ci s'appuient sur des plateformes de codage à usage général et supposent qu'un SITE INTERNET existe pour offrir du contenu selon l'un des modèles bien reconnus, comme un blog séquencé, un magazine thématique ou un site d'actualités, un wiki ou un forum d'utilisateurs. Ces outils rendent la mise en œuvre d'un tel site très simple, et une tâche purement organisationnelle et basée sur le design, sans nécessiter de codage. L'édition du contenu lui-même (ainsi que la page de modèle) peut être faite à la fois par le site lui-même, et avec l'utilisation de logiciels tiers. La possibilité de modifier toutes les pages est fournie uniquement à une catégorie spécifique d'utilisateurs (par exemple, les administrateurs ou les utilisateurs enregistrés). Dans certains cas, les utilisateurs anonymes sont autorisés à modifier certains contenus Web, ce qui est moins fréquent (par exemple, sur les forums - l'ajout de messages). Un exemple d'un site avec un changement anonyme est Wikipedia. Les experts en utilisabilité, y compris Jakob Nielsen et Kyle Soucy, ont souvent insisté sur la conception de la page d'accueil pour la réussite du SITE WEB et affirmé que la page d'accueil est la page la plus importante sur un SITE WEB. Cependant, les praticiens dans les années 2000 commençaient à constater qu'un nombre croissant de SITES WEB contournaient la page d'accueil, accédant directement aux pages de contenu interne via les moteurs de recherche, les bulletins électroniques et les fils RSS. Les gens pensent.Jared Spool a soutenu en 2007 que la page d'accueil d'un site était en fait la page la moins importante sur un SITE WEB. En 2012 et 2013, les carrousels (également appelés «sliders» et «bannières rotatives») sont devenus un élément de design extrêmement populaire sur les pages d'accueil, souvent utilisées pour mettre en valeur du contenu vedette ou récent dans un espace confiné. De nombreux praticiens soutiennent que les carrousels sont un élément de conception inefficace et nuisent à l'optimisation et à la convivialité des moteurs de recherche d'un SITE WEB. Il y a deux tâches principales impliquées dans la création d'un SITE INTERNET: le concepteur Web et le développeur Web, qui travaillent souvent en étroite collaboration sur un SITE WEB. Les concepteurs Web sont responsables de l'aspect visuel, qui comprend la mise en page, la coloration et la typographie d'une page Web. Les concepteurs Web auront également une connaissance pratique des langages de balisage tels que HTML et CSS, bien que l'étendue de leurs connaissances diffère d'un concepteur Web à l'autre. Particulièrement dans les petites organisations, une personne aura besoin des compétences nécessaires pour concevoir et programmer la page Web complète, alors que les grandes organisations peuvent avoir un concepteur Web responsable de l'aspect visuel seul. Parmi les autres emplois pouvant être impliqués dans la création d'un SITE INTERNET, citons: Graphistes pour créer des visuels pour le site tels que des logos, des mises en page et des boutons. Spécialistes du marketing Internet pour aider à maintenir la présence sur le Web grâce à des solutions stratégiques sur le ciblage des spectateurs sur le site, en utilisant des techniques de marketing et de promotion sur Internet. Rédacteurs SEO pour rechercher et recommander les mots corrects pour être incorporés dans un SITE WEB particulier et rendre le SITE INTERNET plus accessible et trouvé sur de nombreux moteurs de recherche. Rédacteur Internet pour créer le contenu écrit de la page afin de plaire aux téléspectateurs ciblés du site. Le concepteur de l'expérience utilisateur (UX) incorpore des aspects de considérations de conception centrées sur l'utilisateur qui comprennent l'architecture de l'information, la conception centrée sur l'utilisateur, les tests utilisateur, la conception de l'interaction et parfois la conception visuelle.

RECHERCHE DE FINANCEMENT A SAINTE-AULDE :
Recherche de fonds ou de CAPITAUX pour démarrer ou développer son entreprise ? Trouver des fonds ou le CAPITAL de départ est possible. L’association Eminence Grise vous aide par ses partenaires.
Une subvention est, en première approche, une aide financière, directe ou indirecte, allouée par une personne publique en vue de financer une activité d'intérêt général. Le bénéficiaire de la subvention peut être public ou privé, entreprise, association, ou personne, etc. La subvention peut porter sur un projet, sur un type de bien, sur une situation, etc. Les subventions sont aujourd'hui une question importante du débat public, même lorsque l'on écarte les questions d'usage immoral voire illégal des subventions (corruption, contrepartie pour un appui politique, détournement de fonds, etc.). Ce sont des sommes – en principe non remboursables – versées par une entité publique (l'État, une collectivité territoriale, ou un organisme public) à titre ponctuel ou reconductible en vue de concourir à la réalisation d'une finalité précise. Pour les bénéficiaires, elles peuvent être assimilées à des ressources stables voire aux CAPITAUX propres. On distingue :
Les subventions d'équipement, versées en vue de contribuer à l'acquisition d'une immobilisation
Les subventions d'exploitation, versées pour compenser en principe le manque à gagner résultant d'une contrainte imposée par la puissance publique Les subventions d'équilibre, versées aux entreprises publiques affectées par des conditions d'exploitation déficitaires. Les entreprises qui bénéficient d'une subvention pour le financement de l'acquisition d'une immobilisation ont le choix entre deux possibilités : soit d'enregistrer immédiatement le montant de la subvention en produits exceptionnels (compte 770), soit d'inscrire le montant en CAPITAUX propres (compte 13) et procéder à l’échelonnement de la subvention. Si l'entreprise a opté pour l'échelonnement de la subvention, il y a lieu de distinguer deux cas : si la subvention se rattache à bien non-amortissable (exemple : terrain) alors celle-ci est rapportée au résultat (par le compte 777 "quote-part des subventions virée au compte de résultat") par dixième par année (à défaut de clause d'inaliénabilité). En revanche, si la subvention se rattache à un bien amortissable alors celle-ci est rapportée au résultat des exercices au même rythme que les dotations aux amortissements. Dans le cas d'une cession du bien subventionné, il est nécessaire de rapporter immédiatement au compte de résultat le solde de la subvention. Le financement consiste à fournir des ressources financières, généralement sous forme d'argent, ou d'autres valeurs telles que l'effort ou le temps, pour financer un besoin, un programme et un projet, habituellement par une organisation ou une entreprise. Généralement, ce qui est utilisé lorsqu'une entreprise utilise des réserves internes pour satisfaire à ses besoins en liquidités, alors que le terme est utilisé après l'acquisition des CAPITAUX de sources externes. Les sources de financement comprennent le crédit, le CAPITAL de risque, les dons, les subventions, l'épargne, les subventions et les impôts. Les financements tels que les dons, les subventions et les subventions qui n'ont pas d'exigence directe pour le retour sur investissement sont connus comme un «financement souple» ou un «financement participatif». Financement qui facilite l'échange de participations dans une entreprise pour un investissement en CAPITAL par le biais d'un portail de financement en ligne selon le Jumpstart Notre Entreprises Startups Act (alternativement, la «Loi JOBS de 2012») (États-Unis) est connu sous le nom crowdfunding équité. Les fonds peuvent être alloués à des fins à court ou à long terme. En économie, les fonds sont injectés sur le marché en tant que CAPITAL par les prêteurs et pris en charge par les emprunteurs. Il y a deux façons dont le CAPITAL peut se retrouver chez l'emprunteur. Le prêteur peut prêter le CAPITAL à un intermédiaire financier contre des intérêts. Ces intermédiaires financiers réinvestissent ensuite l'argent à un taux plus élevé. L'utilisation d'intermédiaires financiers pour financer des opérations est appelée financement indirect. Le prêteur peut également aller sur les marchés financiers pour prêter directement à un emprunteur. Cette méthode est appelée finance directe.

But du financement : Financement de la recherche -Il est utilisé pour la recherche, dans les domaines de la technologie ou des sciences sociales. Le financement de la recherche peut être divisé en commercial et non commercial. Les départements de recherche et de développement d'une société fournissent normalement un financement de recherche commerciale. Attendu que le financement de la recherche non commerciale provient d'organismes de bienfaisance, de conseils de recherche ou d'organismes gouvernementaux. Les organisations qui ont besoin d'un tel financement doivent normalement passer par des sélections compétitives. Seuls ceux qui ont le plus de potentiel seraient choisis. Le financement est essentiel pour assurer la durabilité de certains projets.

CONSEIL, COACH, CONSULTANT A SAINTE-AULDE :
Recherche CONSULTANT, CONSEILLER, FORMATEUR, STRATEGE, COACH, pour agir dans l’entreprise ? Aide à la CREATION DE SOCIETE (ou d’entreprises), de l’entreprise indépendante à la structure importante, votre CONSEILLER PERSONNEL grâce à notre association pour la création d’entreprise. Une société de CONSEIL ou cabinet de consulting est une entreprise qui délivre des avis ou des recommandations sur ce qu'il convient de faire dans une organisation pour en améliorer un aspect. Les services de ces sociétés visent à améliorer le fonctionnement et la performance, actuels ou futurs, d'une organisation publique ou privée : entreprise, association, ministère, collectivité territoriale, syndicat, etc. Les sociétés de CONSEIL, appelés cabinets ou firmes, assistent les administrateurs des entreprises en leurs fournissant des experts-CONSEIL, également appelés consultants ou CONSEILlers, généralement formés au management dans les écoles de commerce. Le livrable est habituellement une marche à suivre pour atteindre un objectif de l'entreprise. De plus en plus de sociétés complètent le livrable stratégique, en fournissant les moyens de mettre en œuvre les recommandations, soit avec les consultants eux-mêmes, soit en fournissant des experts-métiers, ce qui a ouvert de nouveaux marchés à ces sociétés. C'est ce que l'on nomme l'externalisation. Les services de CONSEIL appartiennent au secteur tertiaire et représente plusieurs centaines de milliard de dollars de chiffre d'affaires annuel. Entre 2010 et 2015, les 10 plus grandes sociétés de CONSEIL affichaient à elles seules un chiffre d'affaires de 170 milliards annuellement et une croissance moyenne de 4% par an.

Un accompagnateur professionnel, qui peut agir sous l'intitulé de CONSEILler (ex. : CONSEILler emploi), consultant (ex. : consultant en développement professionnel), coach, mentor (terme recommandé en France par la DGLFLF) ou encore entraîneur, accompagne une personne dans la définition et la mise en œuvre d'actions lui permettant : d'actualiser son potentiel de développement professionnel et personnel ; de surmonter des obstacles d'accès à des emplois ; de traiter des difficultés de progressions en situation d'emploi ; ou d'atteindre des objectifs de création et de développement d'une activité professionnelle indépendante. Le paradigme de l'exercice de la position d'accompagnateur a été expérimenté et théorisé très tôt par Jacques Ardoino (cf Propos actuels sur l'éducation, publié en 1965, reprenant des acquis d'expériences inaugurées dès la fin des années 1950). Venu du sport, le mot coach est entré dans le monde de l'entreprise et du développement personnel où l'on parle de COACHING. On dit qu'un coach effectue avant tout un métier, de relation psychologique, car en dépit du travail technique nécessaire à l'évolution de l'assisté, la dimension psychologique est fondamentale. On peut noter deux notions : coach sportif : entraîneur en français ; coach (psychologique, mentale) : entreprise. La somme de ces deux profils correspond à devenir « accompagnateur professionnel de vie » et dépasse ainsi l'entraînement physique, il y va de l'hygiène de vie, la condition de travail, l'état émotionnel, la préparation physique. Le COACHING en développement personnel ou COACHING de vie est une forme de COACHING qui se développe de plus en plus aujourd'hui. Le but de l'accompagnateur professionnel va être d'accompagner son client de façon personnalisée afin de l'aider à avancer face à un mal-être, un stress, une dépression et d'autres situations. Différents outils sont utilisés par les professionnels du COACHING afin d'aider leur client à atteindre ses objectifs. Le client est notamment invité à adopter une nouvelle perception des choses en prenant en considération des éléments qui ne l'étaient pas jusqu'alors pouvant expliquer ses réussites comme ses échecs. Toutes les méthodes du développement personnel visent à l'atteinte d'objectifs personnels ou professionnels et à l'amélioration de capacités ou compétences. Le COACHING1 ou executive COACHING est un accompagnement personnalisé cherchant à améliorer les compétences et la performance d'un individu, d'un groupe ou d'une organisation, grâce à l'amélioration des connaissances, l'optimisation des processus et des méthodes d'organisation et de contrôle. Le sens premier de « COACH », « grande voiture à chevaux » fabriquée à Kocs en Hongrie au xvie siècle, appelée coche en français, a amené, vers 1830, le sens figuré « instructeur / formateur », dans l'argot de l'Université d'Oxford, pour désigner un tuteur, un mentor, qui « transporte » l'élève vers un examen ; le sens « entraîneur sportif » serait apparu vers 1861.

AGENCE DE COMMUNICATION A SAINTE-AULDE :
Recherche spécialiste de la COMMUNICATION, une agence de COMMUNICATION, un FORMATEUR en COMMUNICATION, pour agir dans l’entreprise ? Aide à la COMMUNICATION, de l’entreprise indépendante à la structure importante, votre CONSEILLER en COMMUNICATION, grâce à notre association Eminence Grise. Créer un logo, une identité visuelle une charte graphique… Une agence de communication ou agence de publicité est une société chargée d'élaborer la communication interne et externe d'une entreprise, collectivité, association... Elle a deux objectifs : le recrutement de nouveaux acheteurs et la fidélisation des acheteurs acquis. Elle revêt différentes formes : offres financières (prix spécial, vente en lot, quantité en plus, couponing et offre de remboursement) ou offres « dotation » (prime directe, prime différée, prime auto-payante, jeu, concours).

Au-delà de ces deux objectifs principaux, un usage intensif des outils de la promotion des ventes pour des questions liées au sur-stock a été entrepris depuis les années 1990. Ainsi, la plupart des enseignes de distribution souffrent aujourd'hui de ne plus pouvoir vendre hors promotion. En effet, la réglementation française interdit toutes formes de vente en dessous du prix de revient du produit en dehors des périodes légales de soldes. Ainsi, les distributeurs se doivent de gérer leur stock au plus près par d'autres moyens d'écoulement. Les relations publiques se définissent de façon très large, comme un ensemble de techniques de communication destinées à développer une relation de confiance, d’estime et d’adhésion entre une entreprise, une marque et de multiples publics : consommateurs, distributeurs, leaders d’opinion, pouvoirs publics et plus largement opinion publique. Les relations presse consistent en une communication par l’intermédiaire de la presse écrite et audiovisuelle. Le questionnement qui précède toute stratégie de communication est le suivant :
QUOI : quel produit, service, action, que veut-on promouvoir ?
POURQUOI : quels sont les objectifs ? (type d'objectifs : de notoriété, d'image, de comportement, d'information)
A QUI : auprès de quelles cibles? (Définition des cibles, et de leurs freins et motivations.)
COMBIEN : quel budget est-il alloué ?
COMMENT : par quels moyens - adaptés à chaque cible, et en fonction du budget
QUAND : selon quel planning
DE QUI : qui est le porte-parole des messages de l'organisation ?
Différentes étapes de la stratégie de Communication :
L'analyse marketing de l'entreprise (sa culture, ses valeurs, sa place sur le marché) et du produit, de la marque, du contexte concurrentiel, des besoins exprimés ou à susciter, des méthodes de fabrication… aboutit à un positionnement du produit.
Élaboration des différentes actions de création en fonction des cibles retenues et du positionnement : axes et thèmes des messages ; visuels, symbole interne : intranet, presse d'entreprise…). Après avoir défini le rôle de la communication dans la stratégie marketing, il est nécessaire de centrer les objectifs sur l’essentiel afin de ne pas se disperser. Il s’agit, en outre, d’inscrire ces objectifs dans la durée et d’avoir une approche globale de la communication. C’est-à-dire, de veiller à la complémentarité des programmes d’actions qui constituent le mix de communication. Les trois principales catégories d’objectifs de communication correspondent à la hiérarchie des effets définis par le modèle AIDA. Ils peuvent être schématisés comme suit : Les objectifs cognitifs ("faire connaître") : ils touchent la notoriété, l'information sur l'entreprise, la collectivité ou l'entité qui communique (annonceur). Les objectifs affectifs : ils touchent l'image de l'annonceur. On les appelle aussi "objectifs d'image". Leur finalité est de "faire aimer" un produit, un service, ou autre, de le rendre attractif. Les objectifs conatifs : ce sont les objectifs comportementaux. Comment faire déplacer dans un centre commercial par exemple, comment inciter à la consommation. Ils sont en rapport direct avec le vécu personnel du consommateur…
Les cibles de communication se définissent comme les groupes des personnes visées par une action de communication. À chaque cible correspond un moyen d'action, mais les mêmes moyens d'actions peuvent s'adresser à plusieurs cibles différentes, si la teneur du message diffère afin de correspondre précisément à la cible visée. La stratégie de communication détermine les différentes cibles comme faisant partie d'un schéma de type merchandising - à savoir tous les canaux concernés par l'action mise en œuvre. Il existe des cibles directes (le consommateur) et des cibles indirectes (le distributeur, le prescripteur, le leader d'opinion...).

ASSISTANCE A LA CREATION D’ENTREPRISES A SAINTE-AULDE :
Audit de CREATION D’ENTREPRISES. Evaluez votre projet de création de SOCIETE gratuitement grâce à nos experts d’entreprises.
Synergies pour la CREATION D’ENTREPRISES est une dynamique collective issue de trois groupes d’acteurs qui ont élaboré des propositions, à partir de leur expérience de soutien à l’initiative économique et à la CREATION D’ENTREPRISES et les ont remises aux pouvoirs publics. Un premier groupe s’est réuni en 1997, sous l’impulsion de France Initiative Réseau (FIR) et a élaboré un premier ensemble de propositions pour encourager la CREATION D’ENTREPRISES. Un deuxième groupe issu de Profession Créateur s’est attaché à réagir à la réduction du dispositif ACCRE et à faire des propositions d’amélioration de la situation du chômeur créateur d’entreprise. En troisième lieu, l’association Finansol qui regroupe des organismes de promotion de l’épargne et du financement solidaire s’est associée à l’initiative naissante. La rencontre des participants de ces trois groupes a permis la création de la dynamique Synergies. L’acte fondateur fut la rédaction d’un manifeste « Pour ouvrir largement les portes de l’initiative économique et de la CREATION D’ENTREPRISES » (voir : Éficéa). Ce manifeste appelait à une conférence nationale sur l’accès à l’initiative économique et à la CREATION D’ENTREPRISES qui s’est tenue les 5 et 6 novembre 1998. Après la conférence, Synergies s’est positionné comme un lieu d’échanges et de concertation autour de thèmes de travail et un promoteur de propositions concrètes. Ces propositions ont été largement diffusées et ont fait l’objet de nombreuses discussions avec les institutions publiques et privées concernées. Elles ont été entendues et reconnues lors des Assises pour la CREATION D’ENTREPRISES (11 avril 2000), des discussions État-Unedic et par le Conseil national pour la CREATION D’ENTREPRISES. Parallèlement, le collectif Profession Créateur, soutenu par l’association Éficea a développé ses actions, avec une efficacité reconnue. Des groupes de travail ouverts se sont mis en place, animés par les acteurs eux-mêmes. Ils regroupent de nombreux professionnels issus de structures diversifiées d’appui à la création appartenant ou non à des réseaux de financement ou d’accompagnement. Ils associent des experts et des représentants d’institutions du champ de la création d’entreprise et d’activité. Initiative France est un réseau qui regroupe 230 associations destinés à accompagner et à financer les entrepreneurs français. En 2015, elles ont accompagné 16 000 créations ou reprises d'activité, créant ou maintenant un total de 38 500 emplois. Le prêt d'honneur constitue l’outil d’intervention principal des plateformes Initiative. Il est accordé sans intérêts ni garanties. C’est un prêt personnel qui augmente les fonds propres du porteur de projet et lui facilite l'accès aux prêts bancaires. Conçu initialement pour les seuls créateurs d’entreprises, le prêt d'honneur a été étendu progressivement à partir des années 1990 à la reprise d’entreprise. Les plateformes Initiative peuvent également intervenir, dans les mêmes conditions, pour des entrepreneurs ayant déjà démarré leur activité depuis moins de trois ans, soit pour compléter leur financement initial, soit pour permettre un développement. Aujourd’hui, certaines commencent à faire des prêts vers la croissance. Les prêts sont accordés après instruction préalable réalisée par les équipes des plateformes Initiative, ou celles des organismes qui y participent. L’attribution du prêt fait toujours l’objet d’une décision au sein d’un comité d’engagement qui réunit des compétences variées : chefs d’entreprises, cadres de banques, experts comptables, avocats…, devant lequel les porteurs de projets se présentent. Certaines plateformes Initiative accordent également d’autres concours financiers. Elles peuvent notamment gérer des aides d’État ou de collectivités territoriales. Les plateformes Initiative accueillent l’ensemble des porteurs de projets ; certaines, à vocation régionales, sont spécialisées dans l’appui à la CREATION D’ENTREPRISES innovantes. Complément obligatoire du prêt d'honneur, l’accompagnement des créateurs peut prendre plusieurs formes : un suivi technique ou expert, ou un parrainage. En 2014, le réseau mobilisait 4 600 parrains pour 8 500 parrainages. Les parrains sont des chefs d'entreprises ou cadres (en activité ou retraités), qui font bénéficier le créateur ou repreneur d’entreprise de leur expérience et de leur réseau relationnel. Ils assurent leur fonction à titre bénévole. L'aide à la création ou à la reprise d’entreprise, plus connue sous le sigle ACRE (anciennement ACCRE) est un dispositif français censé développer les CREATIONS D’ENTREPRISES. Ce dispositif s'adresse principalement aux chômeurs. Depuis le 1er décembre 2007, ils doivent en faire la demande auprès du centre de formalités des entreprises compétent. Cette demande est effectuée au moment de la déclaration de la création ou reprise de l'entreprise ou au plus tard le 45e jour qui suit cette déclaration. Le bénéficiaire de l'ACCRE est exonéré de cotisations sociales pendant 1 an (à l'exception de la CSG, la CRDS et de la retraite complémentaire, payées trimestriellement). L'article L161-1-2 du code de la Sécurité sociale fixe un plafond, qui doit être spécifié par décret. Ce plafond est de 120% du SMIC. Dans certains cas, notamment celui des micro-entreprises, cette durée peut être étendue à 3 ans. Les bénéficiaires peuvent aussi, sous certaines conditions (âge, ressources, situation) disposer d'une aide financière sous forme d'une avance remboursable baptisée NACRE. Le dispositif de l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprises, bien qu'issu d'une initiative gouvernementale, anticipait le concept d'activation des dépenses passives reprises ensuite par les partenaires sociaux dans le cadre des dispositifs sur l’assurance chômage. Le caractère original de cette mesure tient à sa double nature, sociale et économique : aide à l'insertion des personnes privées d'emploi et aide à la création d'entreprise et à la recréation du tissu économique. Cette double nature va s'afficher au fil des multiples réformes qui jalonnent son histoire, avec des réajustements en fonction du contexte socio-économique – situation du marché du travail – et des contraintes politiques – volonté de faire baisser le chômage d'un côté et contraintes budgétaires de l'autre.

SAINTE AULDE
Région : Île-de-France
Département : Seine-et-Marne
Arrondissement : Meaux
Canton : La Ferté-sous-Jouarre
Intercommunalité : Communauté de communes du Pays Fertois
Maire
Mandat : Gérard Geist
2014-2020
Code postal : 77260
Code commune : 77401
Vous trouverez ici des avocats, comptables, investisseurs, conseillers, consultant, coach...
Gentilé : Saint-Aldais
Création de sites Internet, sites Web, développement et référencement.
Population : 704 hab. (2015 en augmentation de 8,31 % par rapport à 2010)
Densité : 82 hab./km2
CONSEIL ET ASSISTANCE POUR LA CREATION D’ENTREPRISES
Coordonnées : 48° 59' 37- nord, 3° 10' 20- est
Altitude : Min. 52 m
Max. 201 m
Superficie : 8,63 km2

SITE INTERNET : http://www.sainte-aulde.fr

Sainte-Aulde est une commune française idéale pour créer et développer son entreprise. Vous y trouverez des conseils, consultants, coach, avocats, comptables..., située dans le département de Seine-et-Marne et la région Île-de-France. Ses habitants sont les Saintaldais. Selon la légende, sainte Aulde serait née dans ce village, au Ve siècle, au temps de Clovis, roi des Francs. Ayant entendu parler de sainte Geneviève, venue à Meaux, elle décida de la rejoindre à Paris pour vivre dans sa communauté religieuse. Sainte Geneviève mourut en 512 et sainte Aulde, quelques années après, un 18 novembre, date de sa fête. Sa tombe est vénérée et placée près de celle de sainte Geneviève, dans la basilique royale où reposait Clovis. Avant d'être détruites par la Révolution française, une partie de ses reliques furent obtenues par Bénigne Bossuet, l'influent évêque de Meaux dont dépend la commune, pour concrétiser la vénération de la sainte dans son village natal. C'est le transfert de ces reliques, le 10 mai 1699, que l'on célébrait le deuxième dimanche de mai, choisi comme jour de fête patronale, et aujourd'hui, communale.La légende raconte que sainte Aulde, souhaitant écouter la messe, se rendit dans un village proche en marchant sur la Marne et fit pousser miraculeusement sur son passage de grosses pierres qui servirent de bornes aux champs dont les propriétaires se disputaient les limites. C'est avec sa châsse que les religieux de l'église sainte Geneviève, vinrent accueillir saint Louis de retour de croisade le 11 août 1239, lors de la présentation des "corps saints" et de leurs "trésors" à "la sainte couronne d'épines" qu'il ramenait de croisade.

Manifestations culturelles et festivités : Fête annuelle de la commune : le 2e week-end du mois de mai. Fête foraine, animations musicales, retraite aux flambeaux, feu d'artifice et brocante. Fête de la Saint-Fiacre : 1er dimanche de septembre Dans une église décorée de fruits, de fleurs et de légumes par des particuliers et des maraîchers, une messe est célébrée clôturée par un vin d'honneur. Journée du patrimoine : 3e dimanche de septembre visite guidée de l'église ; visite libre des lavoirs et animations diverses selon des années. En 2009, célébration du centenaire de la naissance d'Édith Thomas, résistante et écrivain. Culture locale et patrimoine : Un soin particulier est apporté à la mémoire et à l'histoire de la commune. Des panneaux explicatifs sont visibles en mairie.

Des expositions temporaires sont parfois organisées. Des panneaux explicatifs jalonnent les curiosités à visiter dans la commune (église, lavoirs, calvaires...). Lieux et monuments : Église Sainte-Aulde du xiie siècle. Statue en pierre de saint Fiacre du xve siècle, saint patron des jardiniers et des maraîchers. Elle fait l'objet d'un classement au titre d'objet depuis 1954. De nombreux lavoirs restaurés par la municipalité depuis 2001. Des calvaires jalonnent la commune et ont été restaurés par la municipalité. Enfin, des points de vue sur la boucle de la Marne et les coteaux du Pays fertois s'offrent aux regards des promeneurs. Une vaste opération de mécénat a été engagée en 2010 par la municipalité en partenariat avec la Fondation du Patrimoine afin de restaurer l'église : vitraux à remplacer, à restaurer, à protéger, maçonneries extérieures à reprendre, bancs à restaurer, etc. Les dons peuvent être effectués par les particuliers, comme par les entreprises et bénéficient tous d'importantes réductions d'impôts (66 %).