Bienvenue chez Eminence Grise, l’Association pour la création et le développement d’entreprises. Nos adhérents , vous proposent leur aide. Cliquez sur l’icône de votre besoin et recevez gratuitement jusqu’à trois propositions par métier.

Si vous le souhaitez nos experts peuvent étudier votre projet afin d’envisager les forces et les autres points à étudier.

Cliquez sur l’icône puis
remplir le formulaire > >

Création et développement d’entreprise à Paris-4


AVOCAT A PARIS-4 :
Recherche AVOCAT pour les affaires ? Trouver un cabinet d’AVOCATS pour créer les statuts de société ? En droit, l'AVOCAT est un juriste dont les fonctions traditionnelles sont de conseiller, représenter, d'assister et de défendre ses clients, personnes physiques ou morales, en justice, en plaidant pour faire valoir leurs droits et, plus généralement, pour les représenter. L'AVOCAT s'acquitte d'une fonction de conseil et de rédacteur d'actes. Dans l'Antiquité, en Grèce et à Rome officiaient déjà des défenseurs, mais le plus souvent, l'accusé devait se défendre lui-même. Selon le code de Solon, l'accusé devait plaider sa cause devant le tribunal, recourant aux services du logographe s'il se sentait incapable de produire un discours convenable. À Rome, l'intervention d'AVOCATS devient courante dans les derniers siècles de la République mais, légalement, ne peut donner lieu à rémunération. N'importe quel orateur brillant ou juriste compétent peut se constituer AVOCAT. Au vie siècle, l'empereur Justinien crée la corporation des AVOCATS pour la première fois, l’« Ordre des AVOCATS ». En France, la première mention relative à des AVOCATS figure dans un capitulaire de Charlemagne de 802. Dans le royaume de France, Philippe III le Hardi rédige l'ordonnance du 23 octobre 1274 reconnaissant aux AVOCATS membres du Parlement la qualité de corps constitué (droit au titre de « Maître »), soumis au secret professionnel et organisant le métier d'AVOCAT : parmi les règles se trouve l'obligation de prêter serment, de défendre une cause juste et de recevoir un salaire modéré. Une partie des AVOCATS du Moyen Âge étaient des clercs, portant une robe noire qui reste le costume de cette profession en France. La pratique du barreau (appelé ordo) ne débute qu’avec la fixation du Parlement de Paris en 1302 et la création du tableau des AVOCATS (liste des individus ayant le pouvoir de défendre à la Cour) en 1327 par Philippe de Valois. Apparaissent alors les premières règles de déontologie. En 1344, un arrêt de règlement du parlement de Paris officialise le statut d'AVOCAT dont la profession compte 51 membres en 1340. L'Ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 limite le rôle de l'AVOCAT en matière criminelle, l'accusé étant privé de défenseur lors de l'instruction et à l'audience. La Révolution française réaffirme son rôle, autorisant sa présence pendant l’instruction (sans droit d’intervention) et la plaidoirie. Le bâtonnier est le président du conseil de l'Ordre des AVOCATS ; il portait un bâton dans les processions religieuses médiévales. Son rôle consiste notamment à régler les litiges entre confrères. Un barreau séparait l'AVOCAT du public. En France, l'AVOCAT est un auxiliaire de justice. À la suite de la fusion avec d'autres professions connexes, en 1971 et en 1990, la profession d'AVOCAT regroupe aujourd'hui les précédentes professions d'avoué de première instance, et de conseil juridique. Il exerce sa profession de manière indépendante et n'est donc soumis à aucune autorité hiérarchique, sauf, en ce qui concerne les AVOCATS salariés, à celle qui porte sur l'organisation du travail. Ce métier fait partie de la nomenclature des professions et catégories socioprofessionnelles plus précisément dans la catégorie 3, celle des cadres plus précisément dans les professions libérales, enfin plus précisément en 312 AVOCATS. Depuis la loi no 70-9 du 2 janvier 1970, dite Loi Hoguet, les AVOCATS ont la possibilité d'intervenir comme mandataire en transactions immobilières pour recueillir un mandat de vente, d'achat, de location ou de recherche de location d'un bien immobilier. Le rôle de professionnel du droit, les principes déontologiques, et les règles de représentation des fonds qui s'imposent à l'AVOCAT mandataire en transactions immobilières sont autant de garanties pour le mandant, désireux de sécuriser sa transaction tant sur le plan juridique (rôle de conseil de l'AVOCAT) que financier (dépôt des fonds à la CARPA, la Caisse des règlements pécuniaires des AVOCATS). Pour devenir AVOCAT, il faut au préalable effectuer quatre années de droit (niveau Master 1, anciennement Maîtrise), puis réussir l'examen d'entrée d'un cursus conduisant à un diplôme terminal, le CAPA ou certificat d'aptitude à la profession d'AVOCAT. Après ce parcours de dix-huit mois de formation dans une École d'AVOCATS autrefois, Centre régional de formation professionnelle des AVOCATS (ou CRFPA), sanctionnés par la réussite à l'examen de sortie, le futur AVOCAT prête serment devant la première chambre de la Cour d'appel dont dépend le tribunal de grande instance auprès du barreau auquel il souhaite être rattaché, et être inscrit audit barreau après présentation au conseil de l'ordre pour être habilité à exercer la profession d'AVOCAT.

COMPTABLE A PARIS-4 :
Recherche COMPTABLE pour gérer sa compta et produire son bilan de fin d’année ? Trouver un cabinet COMPTABLE vous assister dans la gestion de votre société ? Le résultat de la recherche de 20 pays sur les cinq continents, les principes visent à guider les meilleures pratiques dans la discipline. La comptabilité de gestion produit des rapports axés sur l'avenir - par exemple, le budget pour 2006 est préparé en 2005 - et la durée des rapports varie considérablement. Ces rapports peuvent inclure des informations financières et non financières et peuvent, par exemple, se concentrer sur des produits et services spécifiques.

Audit : Articles détaillés: Audit financier et audit interne. L'audit est la vérification des assertions faites par d'autres au sujet d'un gain, et dans le contexte de la comptabilité c'est «l'examen impartial et l'évaluation des états financiers d'une organisation». Un audit d'états financiers vise à exprimer ou rejeter une opinion sur les états financiers. L'auditeur exprime une opinion sur la sincérité avec laquelle les états financiers présentent la situation financière, les résultats d'exploitation et les flux de trésorerie d'une entité, conformément aux principes COMPTABLE généralement reconnus (PCGR) et «à tous les égards importants». Un auditeur est également tenu d'identifier les circonstances dans lesquelles les principes COMPTABLE généralement reconnus (PCGR) n'ont pas été observés de manière cohérente. Système d'information COMPTABLE : Un système d'information COMPTABLE fait partie du système d'information d'une organisation qui se concentre sur le traitement des données COMPTABLE. Comptabilité fiscale : La comptabilité fiscale aux États-Unis se concentre sur la préparation, l'analyse et la présentation des paiements d'impôts et des déclarations de revenus. Le système fiscal américain exige l'utilisation de principes COMPTABLE spécialisés à des fins fiscales qui peuvent différer des principes COMPTABLE généralement reconnus (PCGR) pour l'information financière. La législation fiscale des États-Unis couvre quatre formes fondamentales de propriété d'entreprise: entreprise à propriétaire unique, société en nom collectif, société par actions et société à responsabilité limitée. Les revenus des sociétés et des particuliers sont imposés à des taux différents, variant selon les niveaux de revenu et comprenant des taux marginaux variables (imposés sur chaque dollar supplémentaire de revenu) et des taux moyens (fixés en pourcentage du revenu global). Organisme COMPTABLE professionnel : Les organismes COMPTABLE professionnels comprennent l'American Institute of Certified Public Accountants (AICPA) et les 179 autres membres de la Fédération internationale des COMPTABLE (IFAC), notamment CPA Australia, l'Association des COMPTABLE agréés agréés (ACCA) et l'Institute of Chartered Accountants en Angleterre et au Pays de Galles. (ICAEW). Il existe également des organismes professionnels pour les sous-domaines des professions COMPTABLE, par exemple le Chartered Institute of Management Accountants (CIMA). Bon nombre de ces organismes professionnels offrent de l'éducation et de la formation, y compris la qualification et l'administration pour diverses désignations COMPTABLE, comme expert-COMPTABLE et COMPTABLE agréé. Entreprises de comptabilité : Réseaux de comptabilité et associations - Selon sa taille, une société peut être légalement tenue de faire auditer ses états financiers par un auditeur qualifié, et les audits sont généralement effectués par des cabinets COMPTABLE. Les firmes COMPTABLE ont augmenté aux États-Unis et en Europe à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle et, à la suite de plusieurs fusions, il y avait de grands cabinets COMPTABLE internationaux au milieu du XXe siècle. D'autres fusions importantes à la fin du vingtième siècle ont conduit à la domination du marché de l'audit par les cabinets COMPTABLE "Big Five": Arthur Andersen, Deloitte, Ernst & Young, KPMG et PricewaterhouseCoopers. La disparition d'Arthur Andersen à la suite du scandale Enron a réduit les Big Five à Big Four.

La comptabilité est une branche de la comptabilité publique chargée de quantifier, mesurer et analyser la réalité économique, les opérations des organisations, afin de faciliter la gestion et le contrôle en présentant l'information, préalablement enregistrée, de manière systématique et ordonnée pour les différentes parties intéressées. Au sein de la comptabilité sont enregistrées les transactions, les changements internes ou tout autre événement qui affecte économiquement une entité. Le but de la comptabilité est de fournir des informations à un moment donné sur les résultats obtenus au cours d'une période de temps, utile à ses utilisateurs, dans la prise de décision, tant pour le contrôle de la gestion passée que pour les estimations de les résultats futurs, en dotant ces décisions de rationalité et d'efficacité. Actuellement, la comptabilité est réglementée par deux agences pour éviter la fraude. Ce sont les principes COMPTABLE généralement reconnus, pour les PCGR abrégés, aux États-Unis et le Financial Accounting Standards Board, par son sigle FASB, à l'échelle internationale. C'est une discipline qui suit la méthode pour générer puis appliquer certaines théories et processus, qui sont:
Théorie de la comptabilité: Ensemble comprenant les règles, les normes, les principes, les techniques, les procédures, les critères et les instruments qui sont à la base de la comptabilité.
Processus de comptabilité: Ensemble d'étapes qui font partie du développement pour l'accomplissement des buts qu'une entité a, qui sont: systématisation, évaluation, traitement, évaluation et finalement le résultat dans l'information. Le terme comptabilité vient de l'union des termes avec (ce qui signifie globalement), putare (qui signifie calculer ou évaluer), la bile (qui peut) et le suffixe papa (qualité).

CREATION SITE INTERNET A PARIS-4 :
Création de SITES INTERNET, développement de SITES WEB pour votre entreprise ou votre société. Pour créer un site sur mesure pour vendre en ligne ou présenter ses produits. La création et la conception de SITE WEB ou web design est la conception de l'interface web : l’architecture interactionnelle, l’organisation des pages, l’arborescence et la navigation dans un SITE WEB. La conception d'un design web tient compte des contraintes spécifiques du support Internet, notamment en termes d’ergonomie, d’utilisabilité et d’accessibilité. Le web design réclame donc des compétences variées : en programmation, en ergonomie et en interactivité, ainsi qu'une bonne connaissance des contraintes techniques liées à ce domaine : diversité des terminaux web et de leurs affichages, accessibilité, spécificités des différents langages et processus, portabilité, respect des recommandations du W3C. Le web design d'un site se présente en premier temps sous forme de maquette fonctionnelle avec des spécifications techniques : ergonomie, charte graphique, identité visuelle, marketing, interactivité. Un SITE INTERNET peut être constitué par une simple page statique au format HTML éventuellement mise en forme ou enrichie de CSS incluant des images et des liens vers d'autres contenus, ou constitué de contenus dynamiques ou l'on peut greffer des fonctionnalités pour le rendre interactif avec des services programmés en Java, PHP ou autre langage serveur, des formulaires supposant un traitement en JavaScript, ou Ajax. Il peut reposer sur des technologies de base de données, par exemple MySQL ou MongoDB. En fonction du type de site, du contexte et des moyens disponibles pour le mettre en œuvre, certaines de ces étapes sont optionnelles voire inutiles. À chacune de ces étapes correspondent des compétences spécialisées (ergonomie, architecture de l'information, référencement, rédaction Web, etc.). Projet : Réflexion sur l'objectif du site, sa cible, sa rentabilité, les moyens financiers à engager... Réflexion sur l'autonomie souhaitée et le type de moyens humains pour faire la mise à jour. Réflexion sur le contenu : pages, services attendus, principes de navigation. Mise en œuvre : Dépôt d'un nom de domaine. Choix d'un hébergeur. Choix et installation d'un Système de gestion de contenu (exemples : SPIP, TYPO3, Drupal, Joomla, Wiki, Wordpress,...) ou d'un éditeur de SITE WEB de type WYSIWYG (exemples : Adobe Dreamweaver, phpDesigner, Microsoft FrontPage, NVU, KompoZer, Webself, iziSpot) ou texte (exemples : Bluefish, Emacs, Notepad++...). Conception : Établissement d'une structure de pages HTML ou XHTML. Définition d'une arborescence. Mise au point d'une charte graphique. Mise au point d'une charte éditoriale. Réalisation : Création de pages via le Système de gestion de contenu ou l'éditeur. Les pages peuvent être créées individuellement ou reposer sur un système de gabarits. Mise en place de la charte graphique. Pour bien séparer la structure de la présentation, les feuilles de styles CSS sont utilisées. Éventuels d8éveloppements dynamiques (formulaire, services, etc.). Suivi : Recette du site une fois prêt. Lancement du site : mise en ligne. Annonce. Faire connaître le site peut se faire par plusieurs leviers : annonce, publicité, inscription dans des annuaires... La mise à jour : la mise à jour est une action fondamentale de la vie d’un SITE INTERNET. Elle consiste à actualiser, à modifier et à faire évoluer le contenu graphique, textuel, visuel et même la structure et les fonctionnalités du SITE WEB. La sauvegarde : quel que soit le type de votre SITE INTERNET, statique ou dynamique, il est exposé à plusieurs menaces : crache de serveur web, piratage, les virus, les bugs…, alors pour des mesures de sécurité, il est très important de faire des sauvegardes régulières pour les données du SITE WEB (Base de données, contenus (documents, images, textes…) et tous les paramétrages de votre hébergement, après chaque mise à jour afin d’éviter la perte des données et de garantir la continuité de vos services sur le web. Maintenance : la maintenance d’un SITE WEB consiste en général à s’assurer de son bon fonctionnement ; on peut distinguer quatre types de maintenances : La maintenance corrective, La maintenance préventive, La maintenance évolutive, La maintenance adaptative. L'accessibilité du site est une donnée à prendre en compte à chaque étape à partir de la mise au point de la structure des pages. Il en est de même du référencement dont la stratégie peut être mise en place dès la conception. Des principes du référencement sont également à prendre en compte lors de la création des gabarits, l'intégration des pages, la rédaction des contenus, le lancement du site, la maintenance. L'ergonomie intervient également à toutes les étapes : conception, recette et audits, amélioration continue. Jakob Nielsen Ph.D est un pionnier dans le domaine de l'ergonomie informatique et de l'utilisabilité des SITES INTERNET.

RECHERCHE DE FINANCEMENT A PARIS-4 :
Recherche de fonds ou de CAPITAUX pour démarrer ou développer son entreprise ? Trouver des fonds ou le CAPITAL de départ est possible. L’association Eminence Grise vous aide par ses partenaires. Le CAPITAL-risque est aussi un moyen pour les secteurs privé et public de construire une institution qui crée systématiquement des réseaux d'affaires pour les nouvelles entreprises et industries, afin qu'elles puissent progresser et se développer. Cette institution permet d'identifier de nouvelles entreprises prometteuses et de leur fournir des financements, une expertise technique, un mentorat, un «savoir-faire» marketing et des modèles d'affaires. Une fois intégrées dans le réseau d'affaires, ces entreprises ont plus de chances de réussir, car elles deviennent des «nœuds» dans les réseaux de recherche pour la conception et la construction de produits dans leur domaine. Cependant, les décisions des CAPITAL-risqueurs sont souvent biaisées, montrant par exemple une confiance excessive et une illusion de contrôle, tout comme les décisions entrepreneuriales en général. L'obtention de CAPITAL-risque est très différente de l'obtention d'une dette ou d'un prêt. Les prêteurs ont un droit légal d'intérêt sur un prêt et le remboursement du CAPITAL indépendamment du succès ou de l'échec d'une entreprise. Le CAPITAL-risque est investi en échange d'une participation au CAPITAL de l'entreprise. Le retour du CAPITAL-risque en tant qu'actionnaire dépend de la croissance et de la rentabilité de l'entreprise. Ce rendement est généralement gagné lorsque le CAPITAL-risque «sort» en vendant ses participations lorsque l'entreprise est vendue à un autre propriétaire.

Les CAPITAL-risqueurs sont généralement très sélectifs pour décider dans quoi investir; Par conséquent, les entreprises recherchent des qualités extrêmement rares et recherchées, comme une technologie innovatrice, un potentiel de croissance rapide, un modèle d'affaires bien développé et une équipe de direction impressionnante. Parmi ces qualités, les fonds sont surtout intéressés par des entreprises ayant un potentiel de croissance exceptionnellement élevé, car seules ces opportunités sont susceptibles de fournir des rendements financiers et une sortie réussie dans les délais requis (typiquement 3 à 7 ans) attendus par les investisseurs en CAPITAL-risque. Étant donné que les investissements sont illiquides et nécessitent un délai prolongé avant la récolte, les investisseurs en CAPITAL de risque doivent effectuer une vérification diligente détaillée avant l'investissement. Les CAPITAL-risqueurs devraient également soutenir les sociétés dans lesquelles ils investissent, afin d'augmenter la probabilité d'atteindre un stade d'introduction en bourse lorsque les valorisations sont favorables. Les CAPITAL-risqueurs aident généralement à quatre étapes du développement de l'entreprise: La génération d'idées; Commencez; Montée en puissance; et Sortie. Parce qu'il n'y a pas d'échanges publics listant leurs titres, les sociétés privées rencontrent des sociétés de CAPITAL-risque et d'autres investisseurs privés de plusieurs façons, y compris des références chaleureuses provenant des sources fiables des investisseurs et d'autres contacts commerciaux; conférences d'investisseurs et symposiums; et des sommets où les entreprises s'adressent directement aux groupes d'investisseurs lors de réunions en face à face, y compris une variante connue sous le nom de «Speed Venturing», qui s'apparente au speed-dating for CAPITAL, dans lequel l'investisseur réunion. En outre, de nouveaux réseaux en ligne privés émergent pour offrir des opportunités supplémentaires de rencontrer des investisseurs. Ce besoin de rendements élevés fait du financement par CAPITAL-risque une source de CAPITAL onéreuse pour les entreprises, et le plus approprié pour les entreprises ayant d'importantes exigences de CAPITAL initial, qui ne peuvent pas être financées par des alternatives moins coûteuses comme la dette. C'est le plus souvent le cas pour les actifs incorporels tels que les logiciels et autres biens intellectuels dont la valeur n'est pas prouvée. En retour, cela explique pourquoi le CAPITAL de risque est le plus répandu dans les domaines de la technologie et des sciences de la vie ou de la biotechnologie, qui connaissent une croissance rapide.

Si une entreprise possède les qualités recherchées par les CAPITAL-risqueurs, y compris un solide plan d'affaires, une bonne équipe de direction, l'investissement et la passion des fondateurs, un bon potentiel de sortie de l'investissement avant la fin de leur cycle de financement. 40% par an, il lui sera plus facile de lever du CAPITAL-risque. Le fond d'amorçage, parfois connu sous le nom de CAPITAL d'amorçage ou de CAPITAL d'amorçage, est une forme d'offre de titres dans laquelle un investisseur investit du CAPITAL en échange d'une participation au CAPITAL de la société. Le terme de graine suggère qu'il s'agit d'un investissement très précoce, destiné à soutenir l'entreprise jusqu'à ce qu'elle puisse générer de l'argent en propre (voir flux de trésorerie), ou jusqu'à ce qu'elle soit prête pour de nouveaux investissements. Les options d'argent de démarrage comprennent le financement par les amis et la famille, le financement providentiel et le financement participatif. Traditionnellement, les entreprises qui n'ont pas encore satisfait aux exigences d'inscription ou qui sont admissibles à des prêts bancaires reconnaissent que VC est un fournisseur de soutien financier et de services à valeur ajoutée. Le fond d'amorçage peut être utilisé pour payer les opérations préliminaires telles que les études de marché et le développement de produits. Les investisseurs peuvent être les fondateurs eux-mêmes, en utilisant l'épargne et les prêts. Ils peuvent être des membres de la famille et des amis des fondateurs. Les investisseurs peuvent également être des investisseurs providentiels, des investisseurs en CAPITAL-risque, des investisseurs accrédités, des investisseurs participatifs ou des programmes gouvernementaux.

CONSEIL, COACH, CONSULTANT A PARIS-4 :
Recherche CONSULTANT, CONSEILLER, FORMATEUR, STRATEGE, COACH, pour agir dans l’entreprise ? Aide à la CREATION DE SOCIETE (ou d’entreprises), de l’entreprise indépendante à la structure importante, votre CONSEILLER PERSONNEL grâce à notre association pour la création d’entreprise. En France, la Commission générale de terminologie et de néologie recommande l'usage, dans le domaine « santé, médecine et psychologie » du terme « guidance », dans le domaine « économie et gestion d'entreprise », « mentorat », dans le domaine du sport, « instructions par signes ». Pour sa part, le Grand dictionnaire terminologique québécois propose en outre, selon les domaines, les termes « accompagnement », « pilotage », « direction d'athlètes ». Le COACHING permet de réaliser un accompagnement professionnel. On parle aussi d'accompagnement opérationnel ou encore d'accompagnement personnel au changement, hors de la sphère strictement professionnelle. Le COACHING se distingue clairement du mentorat par le positionnement. En COACHING, l'accompagnateur (« coach ») se situe aux côtés de la personne accompagnée (coaché) dans une position d'égalité. Le mentor est généralement un supérieur hiérarchique, qui a un rôle de guide, et agit dans le cadre de fonctions plus spécifiées. Deux approches distinguent le COACHING du mentorat : le recours possible à des techniques telles que la PNL, l'Analyse transactionnelle, les neurosciences cognitives ou la Gestalt-thérapie. Il est à noter que certains positionnent le COACHING hors de ce référentiel psychologique et situent ce métier plutôt dans un contexte centré sur l'atteinte d'objectifs ambitieux, comme dans le sport de haut niveau ; le côté marketing de l'emploi du terme anglo-saxon, qui a pour but de faire apparaître cette activité sous un aspect « actualisé » ; en effet, des praticiens font remonter ces pratiques jusqu'à Socrate avec sa maïeutique. Néanmoins, une tendance de fond consiste à préférer remplacer le terme « COACHING professionnel » par « accompagnement professionnel ». Le coach est en position haute sur le processus de changement, mais en position basse sur le contenu pour aider la personne coachée à progresser en autonomie. Tandis que le mentorat est suppose de la part de l'accompagnant une position haute, un statut de guide. La confusion entre ces deux types d'accompagnement est induite par la traduction officielle du terme « COACHING » qui est devenu dans sa francisation « mentorat ». Il faut aussi distinguer le COACHING : - du CONSEIL, d'une part : le COACHING se situe du côté de la personne accompagnée, le CONSEIL se situe du côté de l'organisation ; - et de la psychothérapie, d'autre part : le COACHING travaille généralement une demande clairement identifiée sur le « ici et maintenant » sur une durée courte tandis qu'une psychothérapie (fortement influencé en France par la psychanalyse) travaille sur le passé dans une durée le plus souvent longue. Cependant, la philosophie est l'une des racines du COACHING, dans la mesure où elle est un exercice autonome de la raison, même quand celle-ci est guidée par le dialogue ou par la maïeutique socratique. Savoir poser les problèmes, trouver par soi-même des solutions variées, faire progresser une façon de voir les choses et la vie, font partie intégrante du COACHING comme de la philosophie. La segmentation des services de CONSEILS varient beaucoup d'une organisation à l'autre et d'un pays à l'autre. La catégorisation est floue notamment en raison des bouleversements que connait cette industrie depuis quelques années. L'une des approches consiste à séparer les services en quatre grandes familles de prestation, en considérant à quels types de dirigeants de l'entreprise ils s'adressent : les services liés à la stratégie générale de l'entreprise, qui s'adressent au président ; les services liés au marketing, à la communication, aux ventes, aux relations publiques, qui s'adressent au directeur des communication ; les services liés au management, à la gestion financière, la fiscalité, la comptabilité, la mise en conformité avec les règlements, destinés au directeur des affaires financières ; les services liés aux opérations de l'entreprise, incluant les technologie de l'information, destinés à la direction opérationnelle, celle-ci pouvant être différente en fonction du secteur industriel (directeur technologiques, directeurs d'usine, directeurs des opérations, responsables de la Recherche et Développement). Une société de CONSEIL ou cabinet de consulting est une entreprise qui délivre des avis ou des recommandations sur ce qu'il convient de faire dans une organisation pour en améliorer un aspect. Les services de ces sociétés visent à améliorer le fonctionnement et la performance, actuels ou futurs, d'une organisation publique ou privée : entreprise, association, ministère, collectivité territoriale, syndicat, etc. Les sociétés de CONSEIL, appelés cabinets ou firmes, assistent les administrateurs des entreprises en leurs fournissant des experts-CONSEIL, également appelés consultants ou CONSEILlers, généralement formés au management dans les écoles de commerce.

AGENCE DE COMMUNICATION A PARIS-4 :
Recherche spécialiste de la COMMUNICATION, une agence de COMMUNICATION, un FORMATEUR en COMMUNICATION, pour agir dans l’entreprise ? Aide à la COMMUNICATION, de l’entreprise indépendante à la structure importante, votre CONSEILLER en COMMUNICATION, grâce à notre association Eminence Grise. Créer un logo, une identité visuelle une charte graphique… Une agence de communication ou agence de publicité est une société chargée d'élaborer la communication interne et externe d'une entreprise, collectivité, association... La communication stratégique fait référence à l'élaboration de politiques et à l'orientation pour une activité d'information cohérente au sein d'une organisation et entre les organisations. Les termes de gestion d'entreprise équivalents sont: la communication intégrée (marketing), la communication organisationnelle, la communication d'entreprise, la communication institutionnelle, etc. (voir le paragraphe «Application commerciale» ci-dessous). Dans le contexte du gouvernement américain, la communication stratégique a été définie comme «des efforts ciblés du gouvernement des États-Unis pour comprendre et engager des auditoires clés pour créer, renforcer ou préserver des conditions favorables à l'avancement des intérêts, politiques et objectifs du gouvernement des États-Unis grâce à l'utilisation de des programmes coordonnés, des plans, des thèmes, des messages et des produits synchronisés avec les actions de tous les instruments du pouvoir national. " La gestion stratégique de la communication pourrait être définie comme la planification et la réalisation systématiques du flux d'information, de la communication, du développement des médias et de l'image à long terme. Il transmet un message délibéré par le biais des médias les plus appropriés au (x) public (s) désigné (s) au moment approprié pour contribuer et obtenir l'effet désiré à long terme. La gestion de la communication est la création de processus. Il doit équilibrer trois facteurs: le (s) message (s), le (s) canal (x) médiatique (s) et le (s) public (s). Steve Tatham de l'Académie de Défense du Royaume-Uni propose une vision alternative de la communication stratégique. Il fait valoir que s'il est souhaitable de lier et de coordonner les communications - en particulier avec les gouvernements ou les militaires -, il faut le considérer d'une manière beaucoup plus fondamentale que le simple processus. L '«effet informationnel» doit être placé à l'épicentre même du commandement et toute action doit être calibrée contre cet effet - y compris l'évaluation des effets du 2e et du 3e ordre. Il s'agit, selon lui, d'une bonne communication stratégique (communication singulière - un nom abstrait) tandis que le processus actuel de communication (qui comprend l'analyse de l'audience cible, l'évaluation des conduits, les mesures d'effets, etc.) est stratégique. Dans le document d'août 2008, Robert T. Hastings, Jr., Secrétaire adjoint par intérim de la Défense pour les affaires publiques, décrit la communication stratégique comme «la synchronisation des images, des actions et des mots pour obtenir l'effet désiré». La communication est stratégique lorsqu'elle est totalement cohérente avec la mission, la vision, les valeurs et quand elle est capable d'améliorer le positionnement stratégique et la compétitivité entre ses concurrents. Il est important de comprendre le concept de stratégie de communication, il devrait être vu du point de vue de l'organisation et personne d'autre à côté d'eux. À la suite de cette communication, la communication stratégique devrait suivre «La nature de la communication organisationnelle en général, et la communication stratégique en particulier, est définie comme l'utilisation délibérée de la communication par une organisation pour remplir sa mission» (Hallahan et al. 2007). Par conséquent, le cadre de communication stratégique doit être défini de manière à viser les objectifs de communication au public / à l'organisation. L'application délibérée du contenu spécifique aidera à atteindre l'objectif de l'entreprise clairement. Alors que la communication est quelque chose qui se passe dans l'organisation, les entreprises qui prennent des mesures pour mettre en œuvre des stratégies saines ayant un impact sur l'efficacité de leurs communications d'affaires peuvent atteindre des résultats mesurables. Selon Mulhern (2009), l'avancement technologique a été un facteur important dans les affaires, ce qui signifie que l'information peut être communiquée à travers de nombreux canaux et médias divers tels que l'Internet et les publicités. La technologie a connu une croissance rapide tout au long de l'année, accélérant la communication qui permet aux clients de se connecter et de communiquer avec les autres. Cela leur permettra de se rapprocher plus facilement d'une manière de communication traditionnelle qui répond à leurs besoins. «Ces changements signifient que les spécialistes du marketing se trouvent dans un environnement concurrentiel beaucoup plus difficile en essayant de répondre aux désirs et aux besoins des clients, tout en cherchant à développer des relations à long terme» (Mulhern, 2009).

ASSISTANCE A LA CREATION D’ENTREPRISES A PARIS-4 :
Audit de CREATION D’ENTREPRISES. Evaluez votre projet de création de SOCIETE gratuitement grâce à nos experts d’entreprises.
Synergies pour la CREATION D’ENTREPRISES est une dynamique collective issue de trois groupes d’acteurs qui ont élaboré des propositions, à partir de leur expérience de soutien à l’initiative économique et à la CREATION D’ENTREPRISES et les ont remises aux pouvoirs publics. Un premier groupe s’est réuni en 1997, sous l’impulsion de France Initiative Réseau (FIR) et a élaboré un premier ensemble de propositions pour encourager la CREATION D’ENTREPRISES. Un deuxième groupe issu de Profession Créateur s’est attaché à réagir à la réduction du dispositif ACCRE et à faire des propositions d’amélioration de la situation du chômeur créateur d’entreprise. En troisième lieu, l’association Finansol qui regroupe des organismes de promotion de l’épargne et du financement solidaire s’est associée à l’initiative naissante. La rencontre des participants de ces trois groupes a permis la création de la dynamique Synergies. L’acte fondateur fut la rédaction d’un manifeste « Pour ouvrir largement les portes de l’initiative économique et de la CREATION D’ENTREPRISES » (voir : Éficéa). Ce manifeste appelait à une conférence nationale sur l’accès à l’initiative économique et à la CREATION D’ENTREPRISES qui s’est tenue les 5 et 6 novembre 1998. Après la conférence, Synergies s’est positionné comme un lieu d’échanges et de concertation autour de thèmes de travail et un promoteur de propositions concrètes. Ces propositions ont été largement diffusées et ont fait l’objet de nombreuses discussions avec les institutions publiques et privées concernées. Elles ont été entendues et reconnues lors des Assises pour la CREATION D’ENTREPRISES (11 avril 2000), des discussions État-Unedic et par le Conseil national pour la CREATION D’ENTREPRISES. Parallèlement, le collectif Profession Créateur, soutenu par l’association Éficea a développé ses actions, avec une efficacité reconnue. Des groupes de travail ouverts se sont mis en place, animés par les acteurs eux-mêmes. Ils regroupent de nombreux professionnels issus de structures diversifiées d’appui à la création appartenant ou non à des réseaux de financement ou d’accompagnement. Ils associent des experts et des représentants d’institutions du champ de la création d’entreprise et d’activité. Initiative France est un réseau qui regroupe 230 associations destinés à accompagner et à financer les entrepreneurs français. En 2015, elles ont accompagné 16 000 créations ou reprises d'activité, créant ou maintenant un total de 38 500 emplois. Le prêt d'honneur constitue l’outil d’intervention principal des plateformes Initiative. Il est accordé sans intérêts ni garanties. C’est un prêt personnel qui augmente les fonds propres du porteur de projet et lui facilite l'accès aux prêts bancaires. Conçu initialement pour les seuls créateurs d’entreprises, le prêt d'honneur a été étendu progressivement à partir des années 1990 à la reprise d’entreprise. Les plateformes Initiative peuvent également intervenir, dans les mêmes conditions, pour des entrepreneurs ayant déjà démarré leur activité depuis moins de trois ans, soit pour compléter leur financement initial, soit pour permettre un développement. Aujourd’hui, certaines commencent à faire des prêts vers la croissance. Les prêts sont accordés après instruction préalable réalisée par les équipes des plateformes Initiative, ou celles des organismes qui y participent. L’attribution du prêt fait toujours l’objet d’une décision au sein d’un comité d’engagement qui réunit des compétences variées : chefs d’entreprises, cadres de banques, experts comptables, avocats…, devant lequel les porteurs de projets se présentent. Certaines plateformes Initiative accordent également d’autres concours financiers. Elles peuvent notamment gérer des aides d’État ou de collectivités territoriales. Les plateformes Initiative accueillent l’ensemble des porteurs de projets ; certaines, à vocation régionales, sont spécialisées dans l’appui à la CREATION D’ENTREPRISES innovantes. Complément obligatoire du prêt d'honneur, l’accompagnement des créateurs peut prendre plusieurs formes : un suivi technique ou expert, ou un parrainage. En 2014, le réseau mobilisait 4 600 parrains pour 8 500 parrainages. Les parrains sont des chefs d'entreprises ou cadres (en activité ou retraités), qui font bénéficier le créateur ou repreneur d’entreprise de leur expérience et de leur réseau relationnel. Ils assurent leur fonction à titre bénévole. L'aide à la création ou à la reprise d’entreprise, plus connue sous le sigle ACRE (anciennement ACCRE) est un dispositif français censé développer les CREATIONS D’ENTREPRISES. Ce dispositif s'adresse principalement aux chômeurs. Depuis le 1er décembre 2007, ils doivent en faire la demande auprès du centre de formalités des entreprises compétent. Cette demande est effectuée au moment de la déclaration de la création ou reprise de l'entreprise ou au plus tard le 45e jour qui suit cette déclaration. Le bénéficiaire de l'ACCRE est exonéré de cotisations sociales pendant 1 an (à l'exception de la CSG, la CRDS et de la retraite complémentaire, payées trimestriellement). L'article L161-1-2 du code de la Sécurité sociale fixe un plafond, qui doit être spécifié par décret. Ce plafond est de 120% du SMIC. Dans certains cas, notamment celui des micro-entreprises, cette durée peut être étendue à 3 ans. Les bénéficiaires peuvent aussi, sous certaines conditions (âge, ressources, situation) disposer d'une aide financière sous forme d'une avance remboursable baptisée NACRE. Le dispositif de l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprises, bien qu'issu d'une initiative gouvernementale, anticipait le concept d'activation des dépenses passives reprises ensuite par les partenaires sociaux dans le cadre des dispositifs sur l’assurance chômage. Le caractère original de cette mesure tient à sa double nature, sociale et économique : aide à l'insertion des personnes privées d'emploi et aide à la création d'entreprise et à la recréation du tissu économique. Cette double nature va s'afficher au fil des multiples réformes qui jalonnent son histoire, avec des réajustements en fonction du contexte socio-économique – situation du marché du travail – et des contraintes politiques – volonté de faire baisser le chômage d'un côté et contraintes budgétaires de l'autre.

PARIS 4
Ville Paris
Quartiers
administratifs Saint-Merri (13)
Saint-Gervais (14)
Notre-Dame (15)
Arsenal (16)
Maire
Mandat : Ariel Weil (PS)
2008 - 2020
Code postal : 75004
Code Insee 75104
Vous trouverez ici des avocats, comptables, investisseurs, conseillers, consultant, coach...
Création de sites Internet, sites Web, développement et référencement. 27 887 hab. (20111)
Densité : 17 429 hab./km2
CONSEIL ET ASSISTANCE POUR LA CREATION D’ENTREPRISES
Coordonnées : 48° 51' 22- nord, 2° 21' 20- est
Altitude : Min. 27 m
Max. 38 m
Superficie : 1,60 km2
SITE INTERNET : http://www.mairie4.paris.fr

Le 4e arrondissement de Paris se situe sur la rive droite de la Seine. Il est bordé à l'ouest par le 1er arrondissement, au nord par le 3e arrondissement, à l'est par les 11e et 12e arrondissements et au sud par la Seine et le 5e arrondissement. La partie orientale de l'île de la Cité ainsi que l'île Saint-Louis font elles aussi partie du 4e arrondissement. L'île Saint-Louis est le résultat de l'union au Moyen Âge de l'île Notre-Dame et de l'île aux Vaches. Aux termes de l'article R2512-1 du code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), il porte également le nom d'« arrondissement de l'Hôtel-de-Ville », mais cette appellation est rarement employée dans la vie courante. Territoire historique s'il en fut, terreau où s'enracina et prit son essor le peuple qui fit Paris au fil de deux millénaires, le 4e continue aujourd'hui à puiser sa vitalité dans cette capacité à s'ouvrir à la diversité humaine. Etre un des plus petits arrondissements de Paris lorsqu'on en est le cœur procure l'incontestable avantage de réunir en un espace arpenté sans peine par le piéton une somme formidable de témoignages - urbains, architecturaux, économiques et culturels & du dynamisme créatif que produit le mélange humain des genres. C'est sur la mémoire de ces vies, sur la transmission de cet héritage de l'humain dans ce qu'il a de plus fertile et complet que les générations contemporaines peuvent construire, embellir, développer l'avenir de ce territoire si vital au souffle même de la grande métropole qu'est Paris. Par sa situation centrale et environnementale, le 4ème fut le témoin d'une histoire riche et mouvementée. L'arrondissement a su garder, au fil des siècles, les traces de ce passé. Concentré des cultures, des passions, des connaissances et des expériences, imbrication constante de populations à tous les échelons sociaux font la richesse du 4ème arrondissement. Histoire : Les premières habitations sur l'île de la Cité datent peut-être de l'époque gauloise. À l'époque romaine, l'île de la Cité est reliée aux deux rives par des ponts se situant à l'emplacement de l'actuel Petit Pont et du pont Notre-Dame. Le tracé de la rue Saint-Martin correspond à celui de la principale voie romaine. L'extension des habitations sur la rive droite remonte au ve siècle avec la construction du sanctuaire de Saint-Gervais. Au ixe siècle, Saint-Gervais est protégé par une enceinte qui devait probablement se situer au niveau de la rue de Rivoli et s'étendre jusqu'à la Seine, de la rue des Barres à la rue de la Tacherie. Le bourg se développe autour du marché de Grève (actuelle place de l'Hôtel-de-Ville) à partir du xie siècle.

En 1111, la Cité est pillée par Robert Ier, comte de Meulan, qui détruit les deux ponts de l'île. Louis VI décide de reconstruire plus à l'ouest le pont de la rive droite et de le protéger par un châtelet. La construction de ce nouveau pont à l'emplacement de l'actuel pont au Change entraîne l'apparition d'un nouveau quartier autour du Châtelet où se sont installés les bouchers. Le 4e arrondissement sur le plan de Vaugondy (1760). Jusqu'au début du xviie siècle, l'île Saint-Louis était inhabitée et était un espace réservé au pâturage pour le bétail. Elle a été intégralement lotie sous le règne de Louis XIII (1610-1643). C'est à cette époque qu'elle a pris son nom actuel en l'honneur du roi. Lors du premier découpage de Paris en arrondissements par le décret du 19 Vendémiaire an IV (11 octobre 1795), l'actuel 4e arrondissement correspondait à l'ancien 9e arrondissement (partie sud de l'actuel 4e arrondissement), à une toute petite partie du 6e arrondissement (la partie comprise entre la rue Saint-Martin et l'actuel boulevard Sébastopol), à une partie du 7e arrondissement (la zone située aujourd'hui entre la place de l'Hôtel de Ville et le Châtelet ainsi que la plus grande partie de la zone située au nord de l'actuelle rue de Rivoli-rue Saint-Antoine) et à une toute petite partie du 8e arrondissement (la partie la plus au Nord et à l'Est de l'actuel 4e arrondissement avec la place des Vosges). L'insurrection républicaine à Paris en juin 1832, qui avait choisi de s'adosser aux funérailles du général Lamarque, fut cernée et écrasée dans le quartier Saint-Merri. Les limites actuelles du 4e arrondissement ont été fixées en 1860, sous le Second Empire, à la suite de la loi du 16 juin 1859 donnant lieu à un nouveau découpage de Paris en 20 arrondissements.


Découpage administratif actuel de l'arrondissement en différents quartiers. Depuis la fin du xixe siècle, le quartier du Marais est notamment côtoyé par une importante communauté juive ; la rue des Rosiers en est la place principale : on y trouve en grande partie des restaurants cachers et des magasins illustrant la culture juive. Ils sont de plus en plus remplacés par des magasins de vêtements depuis que la rue a été rénovée au début des années 2000. Depuis les années 1990, une communauté homosexuelle aujourd'hui importante est venue s'installer dans le quartier de l'hôtel de ville avec un certain nombre de bars et de restaurants arborant le drapeau arc-en-ciel de la communauté, notamment rue des Archives et dans les rues bordant le Bazar de l'Hôtel de Ville. Pierre-Charles Krieg, héros de la résistance, a été élu maire de l'arrondissement en 1983 sous l'étiquette du RPR. Réélu en 1989 et en 1995, il a démissionné quelques mois avant sa mort en juin 1997. On lui doit notamment l'aménagement de l'espace des Blancs Manteaux qui porte son nom.
Principaux édifices : Édifices religieux : Cathédrale Notre-Dame - Église Saint-Gervais-Saint-Protais - Église Saint-Louis-en-l'Île - Église Saint-Paul-Saint-Louis - Église Saint-Merri - Cloître et église des Billettes - Synagogue de la rue des Tournelles - Synagogue de la place des Vosges - Temple du Marais, temple de la Visitation Sainte-Marie - Tour Saint-Jacques - Musées et institutions culturelles : Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou et musée national d'art moderne - Bibliothèque de l'Arsenal - Bibliothèque Baudoyer - Bibliothèque Forney - Bibliothèque historique de la ville de Paris - Pavillon de l'Arsenal - Pôle Simon Lefranc, centre d'animation de la ville de Paris - Monuments et édifices civils : Colonne de Juillet, place de la Bastille - Vestiges de l'enceinte de Philippe Auguste - Hôtel-Dieu, le plus ancien hôpital de la capitale - Hôtel de Beauvais et Cour administrative d'appel de Paris - Hôtel de Sully et Centre des monuments nationaux - Hôtel de Sens et Bibliothèque Forney - Hôtel d'Aumont et Tribunal administratif de Paris - Mémorial de la Shoah - Lycée Charlemagne - Tribunal de commerce - Préfecture de police - Crédit municipal de Paris -Ancienne Sous-station électrique Bastille (Inscrite ISMH), réalisée par l'architecte Paul Friesé, Boulevard Bourdon. Hôtel de ville de Paris -Bazar de l'Hôtel de Ville - Quartier des Célestins de la Garde républicaine - Places : Place des Vosges - Parvis Notre-Dame - place Jean-Paul-II -Place de l'Hôtel-de-Ville - Place de la Bastille.